« Débrancher le Wi-Fi » est-il utile pour économiser de l’énergie, comme le dit Olivier Véran ?

Le porte-parole du gouvernement incite les Français à faire des économies d'énergie, notamment en débranchant les appareils électriques et leur box.

Pendant que le conflit entre la Russie et l’Ukraine pourrait entraîner des pénuries d’énergie à l’automne, le gouvernement encourage les Français à la sobriété dans ce domaine. Ce 20 juillet, son porte-parole Olivier Véran évoquait les gestes du quotidien, à ses yeux utiles pour réaliser baisser sa consommation d’énergie. L’ancien ministre de la Santé incite surtout à « débrancher le Wi-Fi » (donc sa box) avant de s\’enfuir en week-end ou en congés.

Pour mesurer les effets des différents dispositifs numériques, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a publié de multiples études et rapports, prenant en compte les fonctionnements actuels des Français. En France, la consommation d’électricité des ménages représente 33 % de la consommation nationale d’électricité.

Dans son étude Panel Electrom, update en mars 2021, l’Ademe évalue la consommation d’électricité sur la base d’un échantillon représentatif de 100 foyers. Tous les ans, un ménage français consomme en moyenne 4 792 kWh/an, tous fonctionnements confondus.

2% de la consommation d’électricité des ménages

En permanence selon l’Ademe, une box internet consomme en moyenne 97 kWh/an, soit 2% de la consommation électrique complète d’un foyer français (autant qu’un lave-linge). A titre de comparaison, un téléviseur consomme 187 kWh/an. Si un foyer débranchait sa box tous les week-ends, donc que pendant cinq semaines de vacances (139 jours au total), l’économie d’énergie serait donc de 37 kWh/an, soit 0,8 % de sa consommation annuelle en électricité.

Un scénario qui ne concernerait pourtant qu’une poignée de Français : moins de la moitié d’entre eux partent effectivement en congés, selon une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc). Sinon, 85 % des Français partent moins de cinq fois par an en week-end.

Lors de son allocution, Olivier Véran a aussi encouragé à débrancher le plus d’appareils électriques possible. Des conseils partagés par l’Ademe, dans plusieurs documents mis à disposition sur son site internet. Dans son guide pratique pour réduire sa facture d’électricité, l’établissement conseille par exemple de débrancher un ordinateur fixe lorsqu’il n’est pas utilisé pendant une longue période, pour éviter toute consommation d’énergie inutile.

L’Ademe rappelle aussi que la consommation des appareils en veille est loin d’être anecdotique, évaluant que 15 à 50 appareils sont en veille dans les foyers français.

« La puissance complète de ces veilles pour un foyer dépasse souvent les 50 W, ce qui représente un coût de plus de 80€/an. L’extinction des veilles permet de réaliser des affaires substantielles (jusqu’à 10 % de notre facture d’électricité !), mais également de préserver le matériel » précise le justificatif de l’Ademe.

Effet limité au niveau national

Si les conseils d’Olivier Véran s’avèrent pertinents sur une base individuelle, du moins pour ceux qui peuvent bénéficier des week-ends et des vacances, le poids de ces « petits gestes » dans la consommation annuelle d’électricité au niveau national est limité. , même si ce n’est pas anecdotique.

L’Ademe estime qu’au total, ces appareils (classés « Multimédia et informatique ») représentent 13,5 % de la consommation électrique des ménages. En prenant le ratio de 33% de la consommation des ménages par rapport à la consommation nationale d’électricité, ces appareils sont donc responsables de 4,5% de l’électricité consommée dans le pays.

Selon la dernière étude de l’Insee sur le sujet – qui date de 2004, les Français partent en congés en moyenne 12 jours par an. Même en prenant en compte un total de cinq week-ends annuels (c’est-à-dire éteindre les appareils 22 jours par an), cela permettrait d’économiser 6 % de leur consommation d’électricité. Cela représente 0,8 % de la consommation d’électricité des ménages et 0,3 % de la consommation nationale d’électricité.

Bouton retour en haut de la page