Santa Evita : une série émouvante à propos d’une légende de l’histoire argentine

Disney+ vient d’ajouter la mini-série Santa Evita à son catalogue. La série couvre l’histoire d’Eva Duarte de Perón et de son cadavre. Elle est sûre d’être un succès auprès des téléspectateurs !

L’Académie royale espagnole définit le terme de légende comme une « liste d’événements plus traditionnels ou merveilleux qu’historiques ou véridiques. » En seulement sept épisodes, la nouvelle mini-série de fiction Santa Evita qui arrive sur la plateforme aujourd’hui, 26 juillet, nous emmène dans un voyage combinant la fiction réelle derrière la légende d’Eva Duarte de Peron.

Eva Perón était l’une des femmes les plus controversées et les plus influentes de l’histoire de l’Argentine. Née dans la pauvreté, elle s’est hissée au rang de première dame d’Argentine et a utilisé sa position pour lutter pour le droit de vote des femmes et l’amélioration de la vie des pauvres. Après sa mort prématurée à l’âge de 33 ans, Eva est devenue une légende posthume.

Santa Evita

La série Santa Evita commence avec Eva Perón, jouée par Natalia Oreiro, sur son lit de mort. Elle a un dernier souhait : voir les personnes qui prient pour sa santé devant sa résidence. Et elle y parvient. Puis arrive 7 h 25, l’heure qui a détruit la famille Perón et des milliers d’Argentins : Eva Duarte est déclarée morte. Dès lors, un jeu entre le passé et le présent commence pour découvrir son histoire et le sort de son corps, ou de ses répliques.

Eva Duarte de Perón était, est et sera toujours une icône en Argentine. Elle était la seconde épouse de Juan Domingo Perón et a marqué un avant et un après dans l’histoire du pays. La mini-série Santa Evita, basée sur le roman de Tomás Eloy Martínez du même nom, raconte l’histoire d’un corps qui reste un symbole pour des millions de personnes.

Evita et Péron.  Photo : (étoile +)
Evita et Péron. Photo : (étoile +)

Santa Evita n’est pas une biographie d’Eva Peron, mais plutôt une combinaison d’éléments réels et fictifs. Son récit joue avec l’imaginaire et la croyance. Bien que l’on ne sache pas exactement ce qui est arrivé au corps de « la sainte », comme on l’appelait, à un moment donné, on finit par lui ressembler en raison de la grande qualité de l’écriture. En fait, l’écriture de la série originale Star+ que, pour ne pas amener le spectateur à croire, dans son intégralité, ce qui est raconté, ils montrent souvent l’imagination d’un journaliste.

La série Santa Evita est parfaitement basée sur le roman de Tomás Eloy Martínez et, dans la série, Diego Velázquez apparaît avec une grande interprétation d’un journaliste inspiré du réel. En outre, il convient de noter que l’œuvre de Natalia Oreiro It émeut. Bien qu’elle ne soit pas originaire d’Argentine, ce n’est pas la première fois qu’elle interprète une icône du pays (Gilda) et, une fois de plus, elle a démontré son talent.

Diego Velazquez à Santa Evita.  Photo : (étoile +)Diego Velazquez à Santa Evita. Photo : (Disney+)

L’acteur donne vie au Colonel Carlos Moori Koenig dans Santa Evita. Koenig est un soldat qui est obsédé par la protagoniste. Il est aussi peut-être un peu obscène. Au cours de l’histoire du livre et de sa représentation fidèle dans la série, ce personnage est la description parfaite de l’ère sociopolitique que vivait l’Argentine à cette époque. A son tour, bien sûr, le jeu des sauts temporels entre la présence d’Eva Duarte et sa trahison concernant le cadavre du protagoniste sont ce qui a grandement aidé à la construction de chaque action de ce rôle.

Ernesto Alterio à Santa Evita.  Photo : (étoile +)Ernesto Alterio à Santa Evita. Photo : (étoile +)

Mais si cela ne suffisait pas à piquer votre intérêt, Santa Evita bénéficie également d’une excellente réalisation et d’une caractérisation encore meilleure des personnages. En outre, le faible éclairage de certaines scènes est un excellent point en faveur de la mise en valeur de cette époque. Sans aucun doute, il s’agit d’une fiction qui accrochera non seulement les Argentins, mais aussi le reste du monde.

Bouton retour en haut de la page