Trois chansons contestées de Michael Jackson retirées des services de streaming

Trois chansons de Michael Jackson ont été supprimées des services de streaming, suite à des affirmations persistantes selon lesquelles elles présentent de fausses voix.

Monster, Keep Your Head Up et Breaking News figuraient tous sur l’album de compilation posthume Michael de 2010.

Ils ont depuis fait l’objet d’une action en justice intentée par un fan, qui prétend que la voix est celle d’un chanteur de session.

Sony Music et la succession de Jackson ont déclaré que leur retrait des sites de streaming n’avait rien à voir avec leur authenticité.

Dans un communiqué, ils décrivent l’action comme « le moyen le plus simple et le meilleur de dépasser une fois pour toutes la conversation associée à ces pistes ».

La suite: « L’accent reste là où il appartient – sur les projets passionnants nouveaux et existants célébrant l’héritage de Michael Jackson », y compris la comédie musicale de Broadway MJ et un biopic récemment annoncé.

« Les morceaux restants de l’album restent disponibles », conclut le communiqué. « Rien ne doit être lu dans cette action concernant l’authenticité des pistes – il est juste temps d’aller au-delà de la distraction qui les entoure. »

Un album sorti après sa mort

Sorti en 2010, Michael a été le premier album d’extraits et de musiques inédites à émerger après la mort de Jackson d’une overdose de propofol en 2009.

Avant même qu’il n’arrive dans les magasins, la famille de la star émettait des doutes quant à savoir s’il avait joué sur toutes les chansons.

« J’ai tellement essayé d’empêcher cette folie, mais ils n’ont pas écouté », a tweeté le neveu de Jackson, Taryll. « Cela ne lui ressemble pas », a ajouté la sœur de Jackson, La Toya.

Sony a répondu par une déclaration disant qu’il avait « une confiance totale dans les résultats de nos recherches approfondies, ainsi que dans les récits de ceux qui étaient en studio avec Michael, que la voix… est la sienne ».

Lors de sa sortie, la couverture arrière de l’album de Michael disait: « Cet album contient neuf pistes vocales inédites interprétées par Michael Jackson. Ces pistes ont été récemment complétées en utilisant la musique des pistes vocales originales et de la musique créée par les producteurs crédités. »

Couverture de l’album Michael

Cependant, après avoir entendu la musique, les fans se sont méfiés de trois chansons en particulier.

L’histoire officielle est que Jackson les a écrits et enregistrés avec l’équipe de production Edward Cascio et James Porte en 2007. Pourtant, des rumeurs persistaient selon lesquelles les voix avaient été fournies par un chanteur américain appelé Jason Malachi, qui en aurait apparemment pris le crédit dans un post Facebook de 2011. (Son manager a ensuite nié cela, affirmant que le message était truqué.)

Action en justice

Puis, en 2014, la fan de Jackson, Vera Serova, a intenté un recours collectif contre Cascio, Porte, Sony Music, le co-exécuteur testamentaire de Jackson, John Branca, MJJ Productions (la branche musicale du domaine) et Angelikson Productions (la société de production de Cascio).

Elle les a tous accusés de lui avoir vendu, ainsi qu’à d’autres, un produit qui avait été présenté sous un faux jour. Séparément, elle a accusé Porte, Cascio et Angelikson d’avoir mené une « fraude artistique élaborée » lorsqu’ils ont vendu leurs morceaux à la succession de Jackson pour des millions de dollars.

La succession de Jackson et Sony ont nié les allégations, et une cour d’appel a finalement statué en leur faveur, les retirant du procès.

Dans cette optique, les juges ont conclu que toute affirmation faite sur la couverture de l’album ou dans le matériel promotionnel « constituait une déclaration d’opinion plutôt qu’un fait ».

Aucune des poursuites judiciaires n’a, à ce jour, établi l’origine des chansons contestées.

Les fans ne peuvent plus juger par eux-mêmes, car elles ont disparu de Spotify, Apple Music, YouTube et d’autres plateformes de streaming – bien que des téléchargements non officiels soient toujours disponibles.

Bouton retour en haut de la page