Rose Festival : Bigflo et Oli lancent leur Festival à Toulouse

Les deux frères rappeurs ont donné le coup d’envoi de leur Rose Festival à Toulouse, qui se déroule jusqu’à samedi soir à guichets fermés.

Rap, avec IAM, Damso, Chilla ou Ziak, ou électro, avec Paul Kalkbrenner ou Polo&Pan : Bigflo et Oli ont donné le coup d’envoi vendredi à Toulouse de leur Rose Festival, qui se déroule jusqu’à samedi soir à guichets fermés.

« C’est cool qu’il y ait ce festival à Toulouse. C’est le premier du genre. Avant, il fallait voyager plus loin en France », explique Léa Marco, 22 ans, vêtue de rose et par-dessus tout « joyeuse ». être là, alors que la musique envahit l’esplanade du nouveau parc des expositions de la Ville Rose.

« Il y a d’autres festivals pendant l’été. Le faire début septembre, ça veut dire qu’il y a plus de monde », a annoncé Sonia Cayre, 22 ans, aussi vêtue de rose et visiblement ravie. Peu de temps avant que le chanteur Zinée n’ouvre le bal, Bigflo et Oli ont confié avoir ressenti une certaine « pression » et un certain « stress ».

« J’ai pris des petits somnifères ces derniers jours », a même annoncé Florian « Bigflo » Ordonez.

Fructueux dès le départ

Même si les 50 000 billets (25 000 par jour) étaient déjà vendus vendredi, ce succès n’a pas suffi à rendre le nouveau festival « enrichissant » d’emblée. Il ne pourra le être que dans des années, a-t-il aussi indiqué.

L’esplanade où se tient le festival était vendredi après-midi toute de rose : du décor des scènes, des tribunes du Secours populaire, de SOS Méditerranée, ou des sapeurs-pompiers de Haute-Garonne (SDIS 31), aux tenues des bénévoles et nombre de curieux.

Pas « exclusivement rap »

Bigflo et Oli ont « imaginé » Rose, comme leurs camarades américains Pharrel Williams et son festival Something in the Water ou Travis Scott et Astroworld, que les frères rappeurs toulousains citent volontiers.

Mais ils voulaient que ce ne soit pas « exclusivement du rap ». Donc, outre Bigflo et Oli eux-mêmes ou Laylow, Ben Mazué ou les anciens chanteurs du groupe Zebda, Mouss et Hakim, font partie des artistes présents. Ben Mazué s’est parle très « flatté » d’en faire partie. « Je suis heureux d’être soutenu par ce projet audacieux », a-t-il annoncé.

Grâce aux deux scènes prévues, le public a la capacité d’assister aux spectacles des têtes d’affiche et de découvrir des « artistes en plein essor ». En contrepartie, pour être « un festival inclusif accessible à tous », Rose accueille gratuitement au moins 1 000 individus par le biais d’associations partenaires touchant « des publics éloignés de la culture », comme le Secours populaire.

Bouton retour en haut de la page