Better Call Saul: analyse de l’épisode final – Fin de la série

Cette semaine marque la fin d’une époque, puisque Better Call Saul s’achève après sept ans d’existence. Le final de la série est judicieusement nommé « Saul Gone », un jeu de mots astucieux qui fait référence au moment où Jimmy McGill a commencé son voyage et choisi son pseudonyme – Saul Goodman. Dans le dernier épisode, les fans ont eu la chance de voir Bob Odenkirk interpréter les trois versions de son personnage – Jimmy McGill, Saul Goodman et Gene Takavic.

La phénoménale série dérivée de Breaking Bad a connu une conclusion spectaculaire avec sa dernière saison. Vince Gilligan et Peter Gould, réputés pour leurs remarquables qualités narratives, se sont vraiment surpassés pour offrir un adieu digne de ce nom à la série. Ce fut une fin inoubliable pour cette franchise bien-aimée !

Bob Odenkirk a livré une performance magistrale dans un seul épisode d’une heure, en incarnant trois personnages distincts : Jimmy McGill, Saul Goodman et Gene Takavic. La transition entre ces personnalités s’est faite sans effort et chaque version du personnage avait des nuances subtiles qui les rendaient encore plus attachants. Nous avons assisté avec admiration à la « mort » de Gene Takavic après avoir été appréhendé par la police dans la décharge ; nous avons vu la fine fleur du métier d’avocat de Saul Goodman lors de ses négociations avec les procureurs et le juge ; et nous avons été émus par la transformation émotionnelle de Jimmy McGill dans le final de l’épisode.

La tournée de Jimmy McGill a connu une conclusion appropriée qui a ouvert la porte à la rédemption. La machine à remonter le temps a été un élément déterminant, dont Jimmy a discuté avec Walter White et Mike Ehrmantraut, et aurait pu faire de même avec son frère s’il avait mis sa fierté de côté. Ce parcours remarquable s’est terminé par une incarcération mais a laissé place à l’espoir d’un changement.

tu ferais mieux d'appeler saul bob odenkirk
L’identité de Gene Takavic s’est effondrée. (IMDB)

Le concept de machine à remonter le temps a été initialement présenté comme une opportunité de gain financier, Walter White révélant qu’il prévoyait d’investir dans une entreprise qui, selon lui, deviendrait très rentable. Sa vision semblait être un rêve farfelu, et l’idée de la machine à remonter le temps se présentait comme un exploit impossible en raison de sa complexité scientifique. Pourtant, Jimmy McGill a réussi à créer sa propre forme de rédemption lorsqu’il a révélé tous ses méfaits à Kim Wexler, réparant leur lien malgré tout ce qui s’était passé entre eux – en créant effectivement une machine à remonter le temps (mais pas physiquement) pour ce faire.

Le jalon de Better Call Saul

Tu ferais mieux d'appeler Saul
Et un jour, ils l’ont jugé. (IMDB)

Il n’est pas nécessaire de débattre de la supériorité de Breaking Bad ou de Better Call Saul, les deux créations de Vince Gilligan : soyez simplement reconnaissants d’avoir les deux ! Ce qui est vraiment remarquable, cependant, c’est que le final de « Saul Disappears » a été accueilli avec une telle approbation. Sur IMdB, l’épisode a reçu une note de 9,8 sur un nombre stupéfiant de 30 000 votes, tandis que sur Rotten Tomatoes, les critiques ont atteint 98 %, soit près de 300 !

Bouton retour en haut de la page