Serait-ce la fin de Tinder ? Google intente une action en justice contre l’application et pourrait la supprimer du Play Store

Google a contre-attaqué Match Group, la société mère de Tinder, et cherche à expulser l'application de sa boutique Android

Il semble que ce soit la fin de Tinder pour les utilisateurs de téléphones portables Android. Google a attaqué Match Group, la société propriétaire de l’application de rencontres, réclamant une indemnisation pour préjudice, ainsi qu’une condamnation lui permettant de retirer définitivement cette application du Play Store.

Bloomberg a rapporté que Google a intenté cette action en justice parce que Match Group ne veut rien payer du tout pour les frais de distribution de 15 à 30 % via le Play Store. « Match Group n’a jamais eu l’intention de respecter les clauses contractuelles qu’il a acceptées (…) cela placerait également Match Group dans une position avantageuse par rapport aux autres développeurs d’applications », mentionne le dossier judiciaire.

C’est quoi Tinder

Tinder est une application de rencontre qui permet aux utilisateurs de parcourir des correspondances potentielles et de chatter avec elles s’ils sont intéressés. Afin d’utiliser Tinder, les utilisateurs doivent créer un profil avec leur nom, leur âge et leur localisation. Une fois cela fait, ils peuvent commencer à parcourir les rencontres dans le but de matcher. S’ils voient une personne qui leur plaît, ils peuvent glisser vers la droite pour indiquer leur intérêt. On appelle cela swiper. Si l’autre personne glisse également vers la droite, une correspondance est établie (C’est un match) et les deux utilisateurs peuvent discuter.

Tinder est disponible sur les appareils iOS et Android.

Google contre Match (tinder)

En mai 2022, la société Tinder a poursuivi Google alléguant des violations des lois antitrust car elle obligeait tous les développeurs Android à traiter les paiements pour leurs biens et services numériques via le Play Store et son système de facturation, mentionnant que ces politiques violent les lois fédérales et étatiques.

Cependant, les deux sociétés ont conclu un accord temporaire qui a permis à Match Group de distribuer Tinder via le Play Store tout en utilisant son propre système de paiement, dans un « acte de bonne foi » – comme l’a décrit Google – afin que son rival résolve ses problèmes de facturation.


28 mai 2024 17h14

Pratiques antitrust dans le Play Store ?

Dans son procès initial, Match fait référence à une action antitrust intentée l’année dernière par les États et le gouvernement fédéral qui enquête sur les frais de Google sur le Play Store. Peu de temps avant cela, Google avait abaissé sa taxe sur les revenus des développeurs d’applications à 15 % sur le premier million de dollars et à 30 % par la suite.

En outre, il a annoncé qu’il mettrait en œuvre une politique obligeant tous les développeurs à traiter les paiements via le système de facturation du Play Store. Plus tôt cette année, un projet de loi du Sénat a été présenté pour cibler les paiements intégrés dans les magasins Android de Google et iOS d’Apple.

« Google ne veut pas que quelqu’un d’autre les poursuive, donc leurs demandes reconventionnelles sont conçues comme un coup de semonce. Nous sommes convaincus que notre procès, ainsi que ceux d’autres développeurs, du ministère de la Justice des États-Unis et de 37 procureurs généraux d’État faisant des réclamations similaires, seront résolus en notre faveur au début de l’année prochaine », a déclaré Match dans un communiqué envoyé à Bloomberg.

Bouton retour en haut de la page