Névralgie d’Arnold/cause de douleur occipitale récurrente

Cette condition est un type distinct de mal de tête causé par une irritation ou une blessure des nerfs occipitaux. Ces nerfs voyagent de la base du crâne à travers le cuir chevelu. Cette condition peut entraîner des douleurs intenses et des spasmes musculaires.

La douleur occipitale récurrente et gênante associée à la tension musculaire est connue sous le nom de névralgie d’Arnold, une maladie étrange.

L’état des nerfs périphériques peut produire une douleur d’intensité variable en tant que mécanisme réflexe, selon le degré de dommage considéré.

Certaines localisations anatomiques sont souvent associées à ces syndromes, à l’exception de la région occipitale où il est rare d’identifier ces éléments.

La névralgie occipitale est facile à diagnostiquer et peut être prise en charge par un traitement pharmacologique, bien qu’il existe d’autres thérapies plus invasives dans les cas réfractaires. C’est de leurs particularités dont nous parlerons ensuite.

Les raisons qui peuvent provoquer la névralgie d’arnold

Il existe plusieurs théories qui tentent d’expliquer l’origine de la douleur. La plus acceptée est l’inflammation constante du nerf occipital majeur ou mineur, due à un processus de tension musculaire prolongé dans le temps (qui peut être multicausal) qui à son tour provoque une ischémie neurale.

En d’autres termes, le flux vasculaire qui irrigue et nourrit les nerfs est compromis.

D’autres causes peuvent être des traumatismes et des blessures occupant de l’espace (telles que des tumeurs) qui peuvent facilement comprimer les nerfs.

Quelle est l’épidémiologie de la névralgie d’Arnold

La présentation de la douleur est atypique, elle est donc considérée comme une maladie rare. Le diagnostic est généralement posé au cours de la cinquième décennie de la vie et touche généralement les femmes.

Quelles sont les symptômes

La céphalée de tension ou la migraine peuvent être des diagnostics différentiels importants. Le premier cas est généralement plus lié, car la céphalée de tension est également causée par un excès de contraction des muscles autour du nerf.

La migraine n’est posée comme diagnostic que lorsque l’évolution de la douleur est considérablement plus longue et réfractaire au traitement antalgique traditionnel.

Cependant, la migraine typique est souvent associée à des troubles de la sensibilité dénommés dans leur ensemble comme une aura, qui est absente de la névralgie d’Arnold.

Chargé d’innerver les muscles profonds du cou, ce nerf joue deux grands rôles : un rôle moteur (mobilité du cou) et un rôle sensitif (il nous permet de sentir notre cuir chevelu).

Quel est le traitement recommandé

Comme la plupart des maux de tête (et de la douleur en général), le traitement est généralement pharmacologique et respecte une échelle d’intensité.

L’utilisation d’analgésiques non stéroïdiens et d’anti-inflammatoires (tels que l’acétaminophène ou l’ibuprofène) peut, dans un premier temps, soulager considérablement la douleur.

Il est rare d’utiliser d’autres médicaments, bien que certaines benzodiazépines habituellement utilisées pour le traitement des convulsions et des troubles bipolaires, comme la carbamazépine, puissent être efficaces pour réduire la douleur et les symptômes associés.

Il existe certaines manœuvres invasives qui parviennent à modifier structurellement et fonctionnellement le nerf dans les cas où la douleur est très intense et ne cède pas avec le traitement spécifique.

Parmi ces méthodes se distinguent la neurectomie (dans laquelle une partie ou la totalité du nerf est éliminée) et la mise en place d’électrodes qui, au moyen de décharges électriques continues, favorisent un environnement pour contrôler la sensation de douleur.

Dans un premier temps, il sera bon d’aller voir un ostéopathe.  L’ostéopathie est indiquée dans la prise en charge de la névralgie d’Arnold pour soulager les symptômes liés à la compression du nerf d’Arnold

Bouton retour en haut de la page