Escroqueries en ligne : les influenceurs proposant des placements seront mieux surveillés par l’AMF

L'AMF s'associe à l'ARPP pour encadrer au mieux les propositions d'investissement des influenceurs. Souvent présentés comme des opportunités en or, ils cachent principalement des arnaques.

Débusquer les arnaques, protéger les plus jeunes, faire de la prévention auprès des influenceurs : l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) ont annoncé, jeudi 21 juillet, une collaboration pour surveiller la communication financière des influenceurs.

« La vente de services et de éléments financiers et d’investissement est un sujet sensible compte tenu des risques pour le consommateur dans ce domaine », soulignent-ils dans un document commun.

Des promesses frauduleuses de gains miraculeux, visiblement accessibles par de simples investissements, peuvent faire beaucoup de dégâts.

500 millions d’euros par an

En décembre 2021, le parquet de Paris estimait le préjudice causé par les arnaques financières à environ 500 millions d’euros par an, non compris le préjudice moral.

Deux mois plus tôt, l’ancienne star de télé-réalité Nabilla Benattia-Vergara avait écopé d’une amende de 20 000 euros par la Répression des Fraudes pour avoir fait la promotion de services boursiers sur le réseau social Snapchat, sans mentionner qu’elle était rémunérée.

Cette nouvelle collaboration entre l’AMF et l’ARPP, qui vient compléter un partenariat entamé en 2011, permettra d’élargir l’Observatoire de l’Influence Chef, créé par l’ARPP l’an dernier et qui « à ce jour, ne couvre pas le département financier », expliquent-ils. les deux autorités dans leur document de presse.

« Présentation pédagogique »

Concrètement, l’AMF va « fournir sa connaissance du département financier » – surtout dans les « actifs numériques » comme les crypto-monnaies – à l’ARPP qui, en retour, devra « partager avec l’AMF les résultats de son analyse des communications » avec ses outils.

Le partenariat comprend aussi une « présentation pédagogique » de l’AMF destinée aux influenceurs sur la réglementation financière à laquelle ils peuvent être soumis, et les risques d’arnaques circulant en ligne.

Cette participation s’inscrit dans le processus d’attribution du certificat d’influence directeur lancé en 2021 par l’ARPP pour les influenceurs qui se démarquent par leurs bonnes pratiques.

Une première phase d’expérimentation du nouveau système sera réalisée d’ici la fin de l’année avant la confirmation des orientations en 2023.

Victoria Beurnez avec l’AFP

Bouton retour en haut de la page