Expulsion des étrangers : la France souhaite expulser les délinquants !

En France, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, continue de multiplier les messages ciblant les populations immigrées. Ses récentes déclarations se rapprochent du discours de l'extrême droite.

Après ses tweets controversés sur l’Algérien accusé à tort dans l’affaire des policiers agressés à Lyon, le ministre français de l’Intérieur a encore récidivé ce matin sur Radio RTL. Lors de son allocution, Darmanin a signalé la promulgation prochaine d’une loi qui facilite l’expulsion des délinquants étrangers.

Le mariage ne protégera plus contre l’expulsion

Ce mardi 26 juillet, Gérald Darmanin a signalé au micro de RTL, la présentation « à la rentrée de septembre » d’une loi pour supprimer « toutes les réserves législatives » qui empêchent l’expulsion des délinquants étrangers.

Parmi ces « réserves », le ministre français de l’Intérieur a évoqué le fait « d’avoir contracté un mariage » ou d’être arrivé sur le territoire « avant un certain âge (celui de 13 ans, ndlr) ».

Expliquant les raisons de la promulgation d’une nouvelle législation, Darmanin a invoqué l’impossibilité d’expulser un étranger coupable de « faits graves » si « son arrivée sur le territoire (français) a eu lieu avant l’âge de 13 ans ». »

De son côté, le président Emmanuel Macron a promis que les ordres de quitter le territoire français (OQTF) seront dorénavant 100% appliqué.

Les expulsions vers les pays du Maghreb et d’Afrique en hausse

En 2020, du fait de la crise sanitaire, moins de 10% des OQTF ont été appliquées. Mais au premier semestre 2022, celles-ci ont augmenté, selon Darmanin, de 25 % pour atteindre le chiffre de 9 685 expulsions. « Nous avons augmenté de 50 % (le nombre d’OQTF) vers certains pays maghrébins et africains », a poursuivi le ministre.

En 2021, en raison de la crise diplomatique entre la France et l’Algérie, le nombre d’expulsions avait considérablement baissé. Entre janvier et juillet 2021, seuls 22 Algériens avaient été expulsés, contre 385 l’année précédente et 1 677 en 2019.

Par ailleurs, en octobre 2021, Abdelmadjid Tebboune a accusé Gérald Darmanin de mentir sur le nombre d’immigrés clandestins algériens visés par les obligations de quitter le territoire français (OQTF). « Il n’y a jamais eu 7 000 migrants irréguliers de nationalité algérienne. La France n’a jamais évoqué plus de 94 cas », a annoncé le président algérien.

Pour réaliser pression sur les gouvernements des pays du Maghreb, jugés peu coopératifs quant à la réadmission de leurs ressortissants expulsés, la France a décidé de réduire drastiquement le nombre de visas accordés à leurs ressortissants.

Seulement 3 000 étrangers délinquants expulsés ces deux dernières années

Lors de la même intervention, le ministre français de l’Intérieur a révélé que « sur les deux dernières années, 2 751 délinquants étrangers ont été expulsés, 770 comme responsables de trafic de drogue et 900 pour violences conjugales ».

Par ailleurs, « 770 étrangers connus pour des actes de radicalisation » ont aussi été expulsés du territoire français.

Enfin, Darmanin a indiqué que la souhaite de permis de séjour refusé à 72 000 étrangers faute de casier judiciaire vierge.

Un Algérien mis « hors de question », Darmanin ne regrette pas son tweet polémique

Accusé d’être allé trop vite dans sa communication au sujet de l’Algérien interpellé puis « exclu » dans l’affaire de l’attentat contre la police lyonnaise, Darmanin persiste et signe. « Je n’ai absolument aucun regret », a-t-il annoncé à RTL. « Cette personne est un récidiviste dans d’autres cas. De plus, il s’agit d’un étranger en situation irrégulière, c’est-à-dire qu’il ne doit pas se trouver sur le territoire national. »

Qu’il ait ou non un lien avec l’enquête ne modifiera donc rien. Le ministre français de l’Intérieur est déterminé à expulser l’homme d’origine algérienne.

Pour information, dimanche dernier, Darmanin avait annoncé sur Twitter, après l’agression de trois policiers à Lyon le 20 juillet, l’arrestation et la détention d’un suspect. Pourtant, entre-temps, le parquet de Lyon a démenti le ministre et indiqué que l’Algérien est disculpé. Il sortira le jour même.

Bouton retour en haut de la page