Santé : enquête au coeur d’un trafic de drogue démantelé entre la France et l’Egypte

Des centaines de boîtes de médicaments anticancéreux passaient de main en main. Ces traitements onéreux, de 5 000 à 10 000 euros, ont été collectés illégalement en France et transportés en Egypte. Ce trafic de fausses ordonnances et de fraudes massives a déjà coûté plus de 4 millions d’euros à la sécurité sociale. L’affaire a débuté en janvier 2020, près de la frontière suisse, lorsqu’un pharmacien alsacien a reçu la visite d’un jeune homme porteur d’une fausse ordonnance. Après vérification, le soi-disant patient est en fait un escroc et fait partie d’un groupe criminel beaucoup plus important.

Traffic dans les pharmacies

Dans plusieurs villes de France, des petites mains courent dans les pharmacies pour se procurer des médicaments. Titulaires de la CMU, ils n’ont rien à payer en caisse. L’assurance maladie paie la facture. Les petites mains du trafic ont reçu 200 euros par boîte. Leur butin était ensuite transporté par train à Paris par un second groupe d’individus. Puis, il fut remis à leurs chefs, des Égyptiens vivant à Barbès, un quartier de la capitale. Des contrebandiers ont ensuite emporté le butin dans des valises par avion vers l’Égypte. Les médicaments étaient ensuite vendus sur place.

En mai dernier, 14 personnes ont été condamnées. Ils ont fait appel.

Bouton retour en haut de la page