Révocation du droit à l’avortement : Ben Harper envisage de quitter les États-Unis et de s’installer en France

En raison d'un climat politique trop "toxique", le chanteur annonce sa décision de quitter son pays d'origine.

Les États-Unis, c’est fini. Le chanteur californien Ben Harper a décidé de quitter son pays d’origine et de s’installer prochainement en France avec sa compagne et leurs deux enfants. Une décision qu’il détaille dans les colonnes de Sortie évoquant un climat politique devenu trop « toxique » en Amérique, auquel s’ajoute la récente révocation du droit à l’avortement.

« Je fournis mon dernier concert (aux Etats-Unis) en août et après je ne reviendrai pas », a annoncé celui qui a sorti ce vendredi son 18e album: Bloodline maintenance . Il envisage de trouver un foyer avec sa compagne, l’actrice et productrice Jaclyn Matfus, « peut-être à Toulouse, à Bordeaux, ou ici à Paris ». Il se développe:

« Je ne peux plus retourner aux États-Unis. Ce pays recule, ce n’est plus possible. C’est trop déprimant, une détresse monumentale, je n’aime pas trop en discuter. La décision de revenir sur le droit à l’avortement est un pas en arrière. Il y a ça, il y a du racisme, il y a des armes… Tout est devenu trop toxique pour moi.

Douche froide pour les droits des femmes

Le 24 juin, la Cour suprême des États-Unis a annulé Roe c. Wade qui garantissait l’accès à l’avortement sur l’ensemble des États-Unis depuis 1973. Dorénavant, chaque État est libre de l’interdire à l’intérieur de ses frontières.

Cette mesure ultra-conservatrice intervient dans un climat américain déjà tendu. Le meurtre de l’Afro-américain George Floyd en 2020, tué par un policier blanc, a remis la question du racisme au cœur du débat public. La compagnie américaine est aussi divisée sur la question des pistolets, à l’heure où les tueries se multiplient.

« C’est dur pour moi, parce que j’ai des racines profondes, il y a encore le magasin familial, il y a ma mère, des copains… Mais il est temps de s’en aller », conclut le chanteur.

Pas de doute que lorsque le choix arrivera, et qu’il verra le montant des impôts sur le revenu, il y repensera à deux fois !

Bouton retour en haut de la page