Voiture électrique : Le budget 2023 présente le nouveau leasing écologique

C’était une proposition de campagne d’Emmanuel Macron. Parmi les nouveautés du budget 2023, présenté lundi prochain, figurera le leasing automobile à 100 euros par mois pour une auto électrique.

Après la prime écologique et la prime à la conversion, les Français qui veulent – ou ont besoin de passer à l’électrique avec la montée en puissance des zones à faibles émissions (à coté de 50 % des automobilistes devront changer de voiture d’ici le 1er janvier 2025) – pourront bientôt se tourner vers une nouvelle formule : le leasing à 100 euros par mois.

Dès l’an prochain, les Français à faibles revenus (jeunes, département médico-social, ménages en condition de ressources ou éloignés des transports en commun) pourront commencer à rouler en électrique pour une centaine d’euros mensuels. L’entretien serait inclus. La contribution devrait être limitée au maximum après le versement du bonus écologique et de la prime à la conversion.

Un leasing pour rouler en citadine électrique

A ce prix, les modèles proposés seront avant tout des citadines, comme la Dacia Spring, la Renault Twingo, la Peugeot e-208 ou encore la Fiat 500e. Les constructeurs proposent déjà des offres compétitives sur ces modèles, aux côtés de 150 euros par mois.

Et les banques se lancent également dans le leasing d\’automobiles vertes, avec des formules actuelles sur 7, 8 ou 10 ans, pour baisser au maximum le montant des mensualités.

Quelle enveloppe pour l’appareil ?

Il reste dorénavant à l’Etat à financer le dispositif : l’entourage d’Emmanuel Macron évoquait pendant la campagne un budget de 50 millions d’euros pour subventionner 100.000 véhicules par an. Une enveloppe jugée « un peu juste » par le département.

Pour information, l’Etat a dépensé l’an dernier 293 millions d’euros pour 115 000 primes à la conversion et 1 milliard d’euros pour 264 000 primes écologiques.

« Amorcer la pompe »

Le gouvernement précise que l’enveloppe consacrée au leasing en 2023 est un premier budget pour « amorcer la pompe » et lancer le dispositif. Les crédits vont augmenter à partir de 2024.

Se pose aussi la question du financement des ménages les plus modestes. Et qui se trouvent être les premiers touchés par les restrictions de circulation à venir. Les acteurs évoquent une garantie de l’Etat auprès des banques pour rendre ces ménages solvables et éligibles au dispositif.

Le problème du made in France

L’exécutif devra enfin régler le problème de la production car ces citadines électriques sont aujourd’hui le plus souvent fabriquées en Chine, en Europe de l’Est mais pas en France. Le gouvernement craint d’offrir le marché aux constructeurs étrangers et surtout à la concurrence chinoise qui s’apprête à commercialiser de nombreuses citadines électriques dans les prochains mois.

La France attend la R5 de Renault, qui sortira de l’usine de Douai en 2024, les prochains modèles électriques éléments par Stellantis en France et la future 4L, dévoilée au prochain Mondial de l’Automobile de Paris. Une Coupe du monde qui devrait voir l’arrivée d’Emmanuel Macron, attendue le 18 octobre. Le chef de l’Etat pourrait transmettre à cette occasion tous les éléments de son offre de leasing électrique.

Bouton retour en haut de la page